CHARLES & ALICE

La recette du succès fulgurant de cette entreprise née en Drôme en 1975,  tient tout entier dans sa devise "le bon goût du fruit mur". Installé au cœur des vergers du Sud-Est de la France (Drôme et Vaucluse), le groupe Charles & Alice, emploie plus 400 personnes.

On lui doit en 2000 la petite "révolution diététique" de la compote de fruits nature sans sucre ajouté ainsi que la systématisation des mix fruitiers (assortiment de deux fruits dont la pomme).

C.C Val-de-Drôme en Biovallée
Charles & Alice - Zone industrielle Route de Livron - 26400 Allex

EFFICACITE ENVIRONNEMENTALE

Au plan des pocédés de fabrication, l'entreprise a mis le cap sur la sobriété hydrique et énergétique.

Ainsi, Charles & Alice a réduit entre 2008 et 2022 ses consommations d’énergie et d’eau de  70% pour l'eau et  42% pour le gaz.

 95% des déchets produits par les ateliers sont désormais recyclés tandis que  les déchets organiques sont valorisés  à 8 km de l'atelier de fabrication par méthanisation en permettant de produire de l’énergie verte.

Les vergers de production de pomme qui l'alimentent sont situés en moyenne à 190 km des ateliers afin de minimiser l'empreinte carbone liée au transport et de valoriser les productions issues d'exploitations locales.

CAP SUR LE BIO

Charles & Alice, c'est désormais une gamme diversifiée de desserts fruités bio à destination de la restauration: cantines d'école et de collège, restauration d'entreprise et collective.  15 références en tout à base de pommes, abricots, pêches, poires, fraises, cassis, bananes...

C'est aussi, depuis 2009, à destination des particuliers, une gamme de desserts fruités bio sans sucre ajouté. Une gamme encore limitée avec 4 références: Pommes et Abricots, Pommes et Chataignes, Pommes et Rhubarbe, Pommes et Poires.

Gageons que cette offre se diversifie.

Charles & Alice, c'est également une offre de desserts végétaux à base de lait de coco ou d'avoine dont le bilan eau/carbone notamment pour l'avoine est bien plus durable que celui des desserts laitiers conventionnels comparables.

Haut de page